Fétu de feu

Share Button

Un feu sur la langue
Le maître de l’air attise le jeu
Un puit sous la langue
Le mot roule et coule, se noie dans la fougue

Un feu sur la langue
Le maître du jeu suffoque et s’offusque
Au peu de la langue
Un mot brut, bois bute, abrasif s’embrase

Un feu sur la langue
Le jeu, arbitraire, est devenu maître
Pour les fous de langue
Le mot s’est tu, mais moi, têtu, je le répète

Texte sélectionné dans le cadre du Tremplin Poétique 2018 des bibliothèques de Lyon.

Taggé , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire