Embarqué immobile

Share Button
Glass II, 2011

Glass II, 2011- Moshe Ninio

Le temps d’avril me pousse dans Beaubourg
Au sec, au chaud, curieux, je me promène
Je monte, descends, au gré d’un détour
Trouve la galerie contemporaine

Sur ma droite, un cliché me tétanise
Mes poils se dressent, je ne sais pourquoi
dans le bois, un visage m’hypnotise
Il me fixe, je le fixe en effroi

J’essaie de voir au-delà de la vitre
Au-delà de l’ombre qui se devine
Je cherche une réponse dans le titre
Eichmann fut jugé dans cette cabine

Le mal est banal, sa portée immense
Trouver la sortie devient une urgence

Le sonnet anglais, qui doit sa renommée à Shakespeare, est composé de 14 vers en décasyllabes, dont la structure des rimes est la suivante : ABAB / CDCD / EFEF / GG

Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Embarqué immobile

  1. Robert dit :

    ça donne froid dans le dos

  2. Plaisir de suivre tes aventures poétiques, ça donne bigrement envie d’essayer !

Laisser un commentaire