En avril ne te découvre pas d’un masque

Share Button

Tu t’es cassé une dent avec une soupe aux cailloux, mets ton masque.
Tu n’as pas pu aller te faire épiler la moustache, et maintenant ton esthéticienne est fermée, garde ton masque.
Tu as le nez rosacé d’un trop-plein d’apéro, mets ton masque.
Tu n’en peux plus de ton collègue qui n’a pas tout compris à l’hygiène dentaire ni aux gestes barrière, garde ton masque.
Tu as fait un remake de massacre à la tronçonneuse en te rasant mal réveillé, mets de l’anti-feu et ton masque.
Tu n’as pas envie de sourire à ton voisin qui prend le pallier pour une dépendance, mets ton masque.
Tu veux lutter contre le grignotage, garde ton masque.
Ton atout séduction sont tes yeux de biche, de chat, ou même de merlan, mets ton masque.
Tu as enfin trouvé avantage à tes grandes oreilles qui supportent sans mal branches de lunettes, diadème, plus élastiques du masque, alors arbore le tout crânement.
Tu es un adepte de ceinture et bretelle, mets ton masque et ajoute une visière.
Tu es devenu bicolore, coup de soleil sur le front et menton blanc d’hiver, bah, il n’y a plus rien à faire, alors garde ton masque.

Mets, garde, mets, garde le masque… Et surtout, ne l’oublie pas par mégarde.

Avril reste viral,
Le masque est son rival
Le masque chirurgical, pas celui d’carnaval,
Pour faire ce qu’il nous plaît quand viendra le mois de mai
Ou peut-être en juin, ou encore à l’été…
En tous cas très bientôt… A l’échelle d’une gestation d’éléphante (jusqu’à 22 mois) ou de la vie sur terre (très très très longtemps).

Les commentaires sont fermés.