Chronique N°14 : un amour de confinement

Share Button

Image pixabay : stay-at-home-4956906_640

Connaissez-vous l’impact méconnu de la sur-mobilisation des personnels de santé ? L’amour.

A force de sortir tous les soirs sur son balcon, il a été observé un rapprochement entre certains voisins. Ce fut d’abord un léger sourire, puis un vague hochement de tête, un timide bonsoir. Au bout de quelques jours, un début de conversation s’est engagé, des banalités. S’en sont suivis des échanges sur des sujets plus variés, la santé des proches, les activités de confinement, les projets avortés ou encore d’actualité. Ils se retrouvent avec plaisir pour discuter. Elle trouve le voisin charmant, il aime son sourire lumineux, il a une voix qui vient des tréfonds de la séduction, elle a des yeux irrésistibles quand ils pétillent. Ils attendent avec impatience l’heure des applaudissements. Ils prolongent l’instant, chacun s’attable sur son côté de balcon. Ils sortent de plus en plus tôt, profitent du beau temps pour rentrer de plus en plus tard. Et si on se faisait une soirée italienne ? Pâtes ou pizza, Lambrusco ou San Pellegrino. Il a même acheté une fleur qu’il a accroché à la grille qui sépare leurs extérieurs. A 20h, ignorants de la France des JT qui a peur, ils sentent battre leur cœur. Ils réinventent la carte du tendre. Mais leurs pensées, leurs regards trahissent leur envie de passer le pas de la porte et de la passion charnelle. Au déconfinement, l’amour prendra ses quartiers d’été ou des quatre saisons.

Merci les soignants.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire