Chronique n°1 : Qu’il est doux d’être confiné

Share Button

Image pixabay :
stay-at-home-4956906_640

Être confiné, c’est ne plus aller travailler. Moi j’ai vu les manifestations contre le travail pénible, précaire, qui nous vole nos plus belles années et voudraient s’immiscer au-delà de nos 60 ans. Alors, qui s’en plaindrait ?

Être confiné, c’est ne plus faire les magasins. Plus de tentation, plus de surconsommation, et une nouvelle occupation : partir en exploration dans les placards. Et si on organisait une chasse aux trésors ?

Être confiné, c’est passer du temps avec son conjoint et ses enfants. Redécouvrir la joie des activités en commun, les jeux de société, la cuisine, le soutien scolaire, le jardinage, le ménage… Aïe, aïe, aïe, n’est-ce pas trop chouette la vie en famille ?

Être confiné c’est lire tous les livres, regarder tous les films, finir le puzzle, le tricot, la peinture de la chambre du petit dernier… Qui refuserait un telle parenthèse dans la folie du quotidien ?

Être confiné, c’est réinventer ses journées, réinvestir l’ennui, retrouver le cocon familial.

Elle est pas belle la vie ?

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire